Contenu non exhaustif de la mission de gestion et/ou supervision financière

Le travail effectué sur un portefeuille financier à gérer peut être divisé entre la partie commune à tous les portefeuilles de clients et la partie propre à chaque client.

Le travail commun couvre les axes suivants :

  1. Le suivi de l’économie mondiale est la base du travail de supervision et gestion financière. Cela comprend la lecture de sources d’informations variées telles que la presse française et anglo-saxonne, la lecture de sites tels que ceux du FMI, OCDE, OFCE, cercle des économistes…

L’analyse des évènements géopolitiques pouvant influer sur l’économie et les marchés financiers.

La rédaction de la lettre de conjoncture qui permet de suivre dans le temps l’évolution des grandes tendances de politique monétaire, budgétaire et leurs impacts sur l’économie mondiale.

 

  1. Le suivi des marchés comprend le suivi de toutes les zones géographiques, de tous les types de produits (obligations, actions, produits dérivés, produits structurés…), de toutes les méthodes de gestion (gestion active, gestion passive, gestion value, gestion GARP…)

L’analyse de la valorisation, l’analyse de la volatilité et l’analyse des flux de capitaux et des tendances font partie du suivi des marchés.

Ce suivi nécessite l’accès aux données fournies par les sociétés de gestion et d’échanger régulièrement avec des stratégistes et des gérants.

 

  1. L’allocation d’actifs dépend des deux phases précédentes. A ce stade, elle est globale et ne prend pas en compte les besoins des clients.

Elle répond principalement à des anticipations de performance et à l’évaluation du risque de chaque classe d’actif. Le suivi du ratio de Sharpe est un facteur déterminant de la prise de décision dans l’allocation d’actifs.

 

  1. Notre gestion d’actifs, sauf attente particulière d’un client repose sur une allocation dans des fonds. Nous ne sommes pas PSI et ne pouvons gérer des titres vifs. Cependant nous donnons un avis sur la valorisation d’un instrument financier comme une action ou une obligation. La sélection des fonds est une étape stratégique dans la construction d’un portefeuille d’actifs financiers. Cela nécessite une analyse quantitative qui s’appuie sur des données historiques collectées par un logiciel spécifique et une analyse qualitative (société de gestion, process, gérant ou équipe de gestion…). Des rencontres régulières avec les gérants permettent de vérifier la poursuite d’une politique de gestion de valider le maintien d’un fonds dans la liste des fonds sélectionnés.

 

  1. L’analyse de la solidité financière des compagnies d’assurance et des banques dépositaires est un élément clé de la proposition financière qui est faite à un épargnant investisseur. La qualité des services de back office ainsi que la transparence des frais constituent également des arguments qui entrent en compte dans la phase de qualification des institutions financières.

 

Chaque portefeuille de client doit faire l’objet d’un travail personnalisé. Les étapes suivantes s’inscrivent dans la supervision et la gestion individualisées d’actifs financiers :

 

  1. Chaque client fait l’objet d’une allocation d’actifs personnalisée résultant d’une gestion ALM (actifs-passifs). Les besoins du client sont analysés sur une échelle de temps et des allocations par poche sont proposées afin de répondre à ces besoins. Il s’agit de la mise en place d’un cahier des charges qui servira de feuille de route à la gestion financière. L’allocation tient bien entendu compte des anticipations et allocations établies dans la première partie commune à tous les portefeuilles. L’allocation stratégique se double d’une allocation tactique.

 

  1. Le suivi est régulier (une fois par semaine sauf évènement majeur) afin de vérifier les comportements des fonds par rapport à leur indice de référence et analyser un éventuel décrochage de performance. Le niveau de risque est également un axe de surveillance. Ce suivi peut conduire à des arbitrages résultant d’un changement de stratégie, d’un changement de support d’investissement ou d’une évolution des besoins financiers du client. Le désengagement total des marchés dans l’anticipation d’une zone de turbulences de grande ampleur sur les marchés peut à tout moment être envisagé afin de réduire le risque.

 

  1. Le suivi réglementaire doit se faire annuellement afin d’être en conformité avec les autorités de contrôle. La qualification du client et ses objectifs doivent être définis afin de vérifier qu’ils sont en adéquation avec son appétence au risque. La gestion ALM impose également une révision annuelle (sauf évènement exceptionnel) pour limiter les risques. L’information du client concernant les opérations effectuées dans son portefeuille d’actifs financiers doit être systématique.

 

  1. La supervision comme la gestion imposent un contrôle des frais à tous les niveaux de la chaîne afin de voir comment les réduire ou vérifier que pour partie ils peuvent faire l’objet d’une rétrocession au client final. Cette réduction des frais peut également être pratiquée en amont par l’investissement dans des parts de fonds à frais réduits. L’économie de frais peut donc être directe ou indirecte. Un relevé annuel de ces économies permet au client de constater ce que ce montant ajoute à sa performance nette annuelle.

 

  1. Le reporting est l’occasion pour le client de constater que le cahier des charges qu’il a élaboré en lien avec Octave a bien été respecté. Le reporting doit rendre compte des performances, du niveau de risque des grands arbitrages effectués et des choix de gestion adoptés afin de répondre aux objectifs définis. Il peut être établi selon une fréquence à déterminer avec le client. Il sera généralement commenté à l’occasion d’une réunion avec le client.